L’esthétisation du monde: Vivre à l’âge du capitalisme artiste PDF

Les critiques de Benjamin sont principalement centrées sur Marinetti, qui fut le fondateur du Futurisme et explicitement aligné avec le fascisme.


ISBN: 2070140792.

Nom des pages: 113.

Télécharger L’esthétisation du monde: Vivre à l’âge du capitalisme artiste gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

On connaît la rengaine, tant elle semble réaliste : richesse du monde, appauvrissement des existences ; triomphe du capital, liquidation des savoir-vivre ; surpuissance de la finance, «prolétarisation» et unification des modes de vie, par l’industrialisation de la camelote kitsch et des produits jetables, interchangeables, insignifiants – le capitalisme est une machine de déchéance esthétique et d’enlaidissement du monde. Est-ce si sûr ? Le style, la beauté, la mobilisation des goûts et des sensibilités s’imposent chaque jour davantage comme des impératifs stratégiques des marques : le capitalisme d’hyperconsommation est un mode de production esthétique. Dans les industries de consommation, le design, la mode, la publicité, la décoration, le cinéma, le show-business des produits chargés de séduction sont créés en masse. Ils véhiculent des affects et de la sensibilité, ils agencent un univers esthétique proliférant et hétérogène par l’éclectisme des styles qui s’y déploie. Partout le réel se construit comme une image en y intégrant une dimension esthétique-émotionnelle devenue centrale dans la compétition que se livrent les marques. Tel est le capitalisme artiste, lequel se caractérise par le poids grandissant des marchés de la sensibilité, par un travail systématique de stylisation des biens et des lieux marchands, par l’intégration généralisée de l’art, du «look» et de l’affect dans l’univers consumériste. Créant un paysage économique mondial chaotique tout en stylisant l’univers du quotidien, le capitalisme est moins un ogre dévorant ses propres enfants qu’un Janus à deux visages.

Je suis journaliste et je réponds à mon temps. C’est ça. »Oubliez les collaborations de Curtis avec des musiciens de rock; peu importe la couverture « c’est de l’art » pourrait lui offrir des critiques se plaignant qu’il manque de notes de bas de page et se moque trop d’allusion et d’humeur; et peu importe comment chaque plombier est censé vouloir être un poète. Auparavant beaucoup de pensées futiles avaient été consacrées à la question de savoir si la photographie est un art. Cela correspond aux dimensions spéculatives et immatérielles de la production capitaliste aujourd’hui.

Il s’est simplement assis là à me regarder en ne disant rien. Mais plutôt que de réviser ici les dimensions productives de la visualité (le travail de regarder, la théorie de l’attention de la valeur, neuropuissance), qui peut être comprise comme traversant la sensualité, la spéculation et la praxis sociale, considérons une approche particulièrement critique et brillante de l’image. la production, en effet, on pourrait dire la production d’images: celle d’Ariella Azoulay. La proximité qui pourrait être tirée de sa matière ne l’est pas. Très vite, le mystique du blairisme a été réduit à néant et, avec la guerre en Irak, il a simplement disparu.