Nous voulons tous mourir dans la dignité PDF

Peut-être y a-t-il des gens qui ont réagi différemment à leur participation à l’euthanasie, mais si c’est le cas, ils sont bien cachés, et je crois qu’ils sont peu nombreux.


ISBN: B00BSR8HKY.

Nom des pages: 186.

Télécharger Nous voulons tous mourir dans la dignité gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Un cri du coeur contre la légalisation de l’euthanasie

 » Soucieuse de vivre et mourir dignement, je porte ici l’inquiétude de ma génération. « 

Marie de Hennezel a écrit ce livre pour nous faire comprendre que ce n’est pas en légalisant le suicide assisté ou l’euthanasie que l’on va permettre à chacun de mourir dans la dignité. Face à une nouvelle loi qui s’annonce, elle nous encourage à exiger des mesures fortes pour faire appliquer la loi en vigueur, pour humaniser la médecine et rendre réellement plus dignes les conditions de la fin de vie en France.

Rappelant que François Mitterrand a toujours été opposé à un droit à la mort, elle interpelle notre gouvernement de gauche, porteur de valeurs de solidarité. Car c’est bien dans la solidarité humaine que s’ancre la mort digne, non dans un geste létal légalisé, que les personnes âgées redoutent, et que nombre de médecins refusent.

Sommes-nous prêts à changer de société ? Plus qu’une loi, cela mérite un vrai débat.

Le projet de loi est entré dans la phase d’examen du comité principal en janvier 2015 et a fait l’objet d’un vote au Parlement plusieurs mois plus tard; Cependant, le projet de loi a été de nouveau rejeté. Mais c’est lent, douloureux et terrifiant pour le patient. Faire ces choses superficielles ne vous suffit pas.

La controverse entoure le sujet, avec beaucoup disant que la législation était contraire à l’éthique. Je n’ai que 34 ans mais, depuis des années, je lutte contre le cancer du sein qui s’est propagé dans tout mon corps. Dans cette dimension, nous ressemblons à des animaux et nous nous comportons comme eux. Mais, si nous utilisons des analgésiques pour les malades en phase terminale autant que nécessaire sans regarder les risques de mourir un peu plus vite que vous le feriez sans (dans la vie pratique qui sera un jour ou deux plus vite, parfois.), Nous l’appelons euthanasie passive.