Omenuko – ou le repentir d’un marchand d’esclaves PDF

Bien qu’il y ait eu beaucoup d’obstacles ici et là; certains d’entre eux sont d’origine humaine alors que d’autres sont légaux.


ISBN: 2811104534.

Nom des pages: 164.

Télécharger Omenuko – ou le repentir d’un marchand d’esclaves gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Nwosu Nwana (c. 1881 – 5 sept. 1968), qui prit au baptême le prénom de Pita (Pierre), est né à Arondizuogu dans l État d Imo, au sud-est du Nigeria, en pays igbo. Son père était fermier. Pita, l aîné de cinq garçons, aimait le travail manuel et se mit comme apprenti chez un commerçant. Il se convertit plus tard au protestantisme et se distingua bientôt par son audace dans la contestation de la religion traditionnelle. Quelque cinq ans après son mariage, il quitta Arondizuogu pour Uzuakoli, où il eut cinq enfants. Là, il servit la mission et le collège méthodistes comme menuisier-charpentier mais aussi comme interprète et prédicateur laïc de 1921 à 1951. À sa retraite, le 30 juin 1951, il revint dans son village pour s y consacrer à sa ferme, et participer un moment au conseil municipal et au tribunal coutumier. Il mourut de fièvre le 5 septembre 1968, pendant la guerre du Biafra. On retrouve dans son unique ouvrage, Omenuko, plusieurs traits autobiographiques tirés de son expérience de commerçant, de ses démêlés avec l administration coloniale et de ses audacieuses entreprises en forêt. Si le style de l ouvrage est proche de la tradition orale, le sujet, lui, est bien de son temps. À une époque où un réseau déjà dense de routes commerciales reliait villes et marchés, le portrait-robot de l Igbo moyen brossé par l auteur, est celui d un commerçant habile et peu scrupuleux, spécialisé dans l import-export, habitué des voyages et adepte de l émigration. Ce roman, le premier écrit en langue igbo, se déroule dans un décor profondément marqué par l esclavage.

Pour Fowler (1973: 71), la fiction inclut des intentions artistiques et des caractéristiques formelles dans les œuvres en prose. La vie réelle et les normes Igbo, ce n’est pas seulement contre les lois de la terre. Dans la dernière partie du huitième siècle, les idées et la culture arabes ont commencé.

La société nigériane et son système éducatif sont aujourd’hui dans une telle situation. Après l’augmentation des groupes de lignage à seize au cours du XIXe siècle, les descendants directs d’Izuogu vinrent composer la minorité dirigeante de deux groupes de lignées, Ndiawa et Ndiuche, tandis que les minorités dirigeantes des quatorze autres lignées descendaient des personnes à charge d’Izuogu. Pascalis, F. «Recommandations». Voir Hawkins 1970. Patterson, O. 1982. L’esclavage et la mort sociale. Les Aro étaient une cible évidente pour les impérialistes britanniques, qui pouvaient justifier leurs actions en citant le rôle d’Aro comme les principaux marchands d’esclaves.