Pasteur et Besançon : Naissance d’un génie PDF

Maintenant, je me demande parfois si ce courant n’est pas devenu trop fort et s’il y aurait suffisamment de possibilités pour une vie pleine si le monde était vidé de certaines choses inutiles qui lui donnent une signification spirituelle; en d’autres termes, il se peut que notre conception de ce qui est utile ne soit pas devenue trop étroite pour être adéquate aux possibilités d’errance et de caprice de l’esprit humain.


ISBN: 2296110568.

Nom des pages: 281.

Télécharger Pasteur et Besançon : Naissance d’un génie gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le nom de Louis Pasteur inspire le respect parce qu’il est inscrit au fronton de l’Institut mondialement connu pour sa lutte contre les maladies infectieuses. Mais si le nom est célèbre, qui connaît les origines de l’homme et de sa carrière ? Le futur savant, dont certains aïeux étaient venus du Haut-Doubs, avait des attaches familiales à Besançon depuis le XVIIe siècle. Son père y vit le jour. La première partie de l’ouvrage relate cette histoire. Pasteur naquit à Dole et passa sa jeunesse à Arbois. En 1839, il vint préparer ses baccalauréats à Besançon, où il passa trois années, et ce fut dans la capitale comtoise qu’il se présenta pour la première fois à l’Ecole normale supérieure : sa carrière en découla. Il fut admis en 1843. Ses études parisiennes achevées, il pensa d’abord revenir à Besançon comme professeur à la Faculté des Sciences, mais, faisant passer la recherche scientifique avant la proximité familiale et ses amitiés bisontines, il choisit finalement celle de Strasbourg. Les deux dernières parties du livre racontent cette saga méconnue, qui marqua le début d’une vie professionnelle d’exception. Elle se poursuivit à Lille et à Paris et fit de Pasteur un bienfaiteur de l’Humanité.

Comme dans la fermentation alcoolique, Pasteur pouvait s’inspirer d’une tradition qui considérait la fermentation comme un processus vital. Des années plus tard, Joseph Meister, le Pasteur sauvé de la rage, travaillait comme garde à sa tombe. En mai 1885, les anciennes écuries du château de Saint-Cloud avaient été transformées en un grand chenil pavé pouvant accueillir une soixantaine de chiens.

Pasteur a noté que ce résultat, s’il était établi, constituerait la création d’une immunité contre l’anthrax au moyen d’une maladie parasitaire entièrement différente. Il semble paradoxal de pouvoir conserver cet espoir en s’attaquant à toutes les tentatives des autres pour obtenir une génération spontanée. En tout cas, toutes les recherches ultérieures ont soutenu les convictions de Pasteur selon lesquelles l’activité optique et la vie sont intimement associées et que la production d’une seule substance active non accompagnée par son image miroir est bel et bien la prérogative de la nature sauf dans des conditions exceptionnellement asymétriques. Son travail sur le vin, le vinaigre et la bière a entraîné le développement du processus de pasteurisation. Sur cette base, les partisans de la génération spontanée avaient élaboré un argument apparemment impressionnant contre la notion de germes aériens. Car si la plus petite quantité d’air peut produire les micro-organismes appropriés à toute infusion, et si ces organismes sont supposés dériver de germes préexistants, alors l’air doit être chargé d’une multitude de germes différents pour être brumeux au moins, si pas aussi dense que le fer.