Qui a peur de la citoyenneté européenne ? : La démocratie à l’heure de la Constitution PDF

Les mines tuent une personne toutes les vingt minutes, dont 80% sont des civils et beaucoup d’entre eux sont des enfants.


ISBN: 2130545882.

Nom des pages: 239.

Télécharger Qui a peur de la citoyenneté européenne ? : La démocratie à l’heure de la Constitution gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Peut-on continuer de construire l’Europe sans permettre aux citoyens de participer davantage à la politique européenne ? La citoyenneté européenne, créée tardivement par le Traité de Maastricht, n’est destinée qu’à protéger les migrants intracommunautaires : les attributs politiques traditionnels de la citoyenneté lui manquant, il n’est pas étonnant que les opinions publiques se détournent d’une Europe volontiers taxée de technocratique. On se plaint donc d’une déresponsabilisation du citoyen et d’un déficit de citoyenneté européenne, sans voir que la désaffection à l’égard du  » politique  » affecte en premier lieu chaque pays membre, ce que soulignent des taux de participation trop souvent faibles lors des consultations électorales. Ce phénomène est-il alors spécifique à l’Europe ou bien participe-t-il de la démocratie moderne ? À l’heure des grands élargissements et de la Constitution, une citoyenneté politique active est-elle possible au niveau européen ? L’auteur entreprend ici une vaste analyse de la question à partir de sources à la fois politiques, juridiques, philosophiques et historiques, pour mettre en perspective ce débat dans l’histoire de la démocratie moderne et évaluer les nouvelles formes de mobilisations politiques au plan communautaire.

Bien qu’il existe des obstacles importants à la poursuite du renforcement de l’UE, notamment en matière politique, le renforcement continu des liens économiques liant les membres risque d’accroître l’unité politique des membres de l’UE au fil du temps. Le vrai principe démocratique, selon lequel nul ne doit avoir de pouvoir sur le peuple, est interprété comme signifiant que nul ne pourra restreindre ou éluder son pouvoir. Mais c’est la première fois que de nouveaux défis distancent les États membres et que le processus d’intégration pourrait être inversé.

Aussi mauvais que puisse être le gouvernement actuel de la Pologne, il a encore plus de potentiel démocratique que l’UE en ce moment. Ses activités de base devraient inclure, entre autres choses. A son crédit, Sir Jeremy Heywood, Secrétaire du Cabinet, a conseillé aux fonctionnaires de s’acquitter loyalement de l’application de la décision, quels que soient leurs points de vue sur le fond. Et ce qu’ils essaient de faire maintenant, c’est de tenir leur promesse.